Josefina

Momies de Nasca Josefina découverte à Nasca – Pérou présente des caractéristiques qui, dans leur ensemble, correspondent à une espèce propre (Reptile humanoïde).

Caractéristiques

Taille : 58,50 cm
Espèce : Reptile Humanoïde
Genre : femelle
Mains de 3 doigts comprenant 3 phalanges et un ongle long
Pieds de 3 orteils comprenant 3 phalanges
Présence d’articulations
9 paires de côtes, plus 2 paires flottantes
Os creux
Présence d’un appareil reproducteur
Cou possiblement rétractable
Présence de sutures crâniennes
Présence d’une bulle tympanique

Spécimen féminin vraisemblablement en gestation, avec présence de quatre objets ovoïdes (« œufs » ?) dans l’abdomen.

Il n’y a pas eu pour le moment d’analyse ADN ni de datation C14 sur ce spécimen.

VIDÉOS

Présentation de Josefina

Séance de radiographie de Josefina

 

Nouvelles images à partir des CT-Scans 16 coupes

Reconstitution 3D à partir des fichiers DICOM

Vues axiale, coronaire et sagittale

Coupes axiales, coronaire et sagittale

Sutures crâniennes de Josefina

Matière organique

Vidéo en relief

Lunettes anaglyphes nécessaires (lunettes rouge et bleu).

Présentation du biologiste José de la Cruz Ríos López

Présentation de José de la Cruz Ríoz López au Congrès de la République du Pérou à Lima le 19 novembre 2018

De 0mn00s à 23mn23s

Traduction : Antoine Bruno

Cliquez sur le bouton CC pour afficher les sous titres dans la langue de votre choix

Conclusions de José de la Cruz Ríoz López

Le spécimen analysé présente des caractéristiques qui, dans leur ensemble, correspondent à une espèce propre (Reptile humanoïde).

Ses caractéristiques phénotypiques sont davantage liées au groupe connu sous le nom de reptiles (sans pavillon auriculaire, absence de mamelons ou de glandes mammaires, absence de poil, absence de 5 doigts, etc.).

Les œufs du Reptile Humanoïde, dans leur morphologie, ressemblent par leur symétrie à ceux des reptiles.

On observe une série de caractéristiques phénotypiques du Reptile Humanoïde comme: la furcula, les os creux, la pronation de la main, les mains et les pieds , qui se retrouvent dans le groupe des théropodes ou dinosaures éteints il y a environ 65 millions d’années.

La présence d’un os sur l’avant-bras et sur la jambe, correspond à ce spécimen (Reptile humanoïde) et diffère dans son évolution d’un ancêtre commun connu sur la Terre. Son évolution est donc différentes des espèces connues sur Terre.

Présentation du médecin légiste José de Jesús Zalce Benítez

Cliquez sur le bouton CC pour afficher les sous titres dans la langue de votre choix

Traduction : Antoine Bruno

Conclusions

En étudiant ces images, il a été possible d’identifier les structures osseuses qui ont une relation anatomique harmonieuse et fonctionnelle entre elles, ce qui permettrait de déterminer une mobilité de type organique pour le spécimen analysé.

En étudiant ces images, on a pu identifier des structures similaires dans leur physionomie à des organes et leurs composants, lesquels ont une similitude avec des paquets vasculaires, trajet digestif, appareil reproducteur mais qui ont des particularités que les différencient de ce qui est décrit et connu dans l’anatomie humaine, et les rapprochent d’autres espèces différentes entre elles.

En étudiant ces images, et leur reconstruction tridimensionnelle, on peut identifier que l’anatomie osseuse ainsi que les structures ovoïdes (4 œufs) et l’anatomie souple (peau, graisse, muscles, organes, vaisseaux sanguins, cavité orale, conduit digestif, appareil reproducteur, oviducte), et autres structures articulaires (comme les muscles, tendons, ligaments et cartilages) ont une relation directe entre leur position et leurs trajets, ce qui montre leur authenticité et la fonctionnalité organique elle-même qui est unique et non reproductible entre individus.

Ce qui détermine la validité et le fait que c’est un organisme d’une espèce nouvelle et inconnue, d’une origine biologique évolutive unique et distincte de ce qui a été décrit ou connu dans l’espèce humaine ou de n’importe quelle autre.

Les résultats de l’ADN confirment qu’il n’a aucune relation directe avec aucun organisme de type animal connu ou décrit à ce jour.
Et j’aimerais spécifier ici clairement, que l’on a parlé d’une correspondance entre 30 % et 33 % d’ADN. Cela n’est pas pertinent, ce qui est pertinent ce ne sont pas ces 30 %, ce qui importe c’est de combien c’est différent, et c’est différent à 70 %.
Cette distinction et différenciation de 70 % fait que cette espèce est unique, inestimable et non reproductible, et qu’elle mérite une étude et une analyse scientifique plus poussée.

Les résultats du Carbone 14 (C14) donnent une période de datation approximative qui implique une origine taxonomique distincte de ce qui est connu ou décrit dans les espèces terrestres déjà étudiées et référencées par la science.

Il y a d’autres études, par exemple la peau, par exemple la poudre de diatomée, par exemple les procédés de momification artificiels et naturels, c’est dire qu’il y a beaucoup à étudier, beaucoup à ajouter dans cette investigation.

Je conclue dans la persistance de cette nécessité, que l’on continue et que l’on amplifie l’accès pour l’étude de chacune de ces pièces et corps de ces spécimens, de la part d’institutions scientifiques dans une forme collégiale et multidisciplinaire pour corroborer ce qui a été déjà dit, …la vérité, et déterminer ainsi leur origine, ainsi que la typologie et la classification taxonomique de ces corps momifiés par dessiccation, retrouvés ici au Pérou.

Ils sont un nouveau paradigme pour l’histoire, pour ce qui est décrit par la science actuelle, et pour ce qu’on appelle l’évolution naturelle des espèces sur cette planète.

Galetskiy Dmitriy Vladislàvovich

Université de médecine de Saint-Pétersbourg – Russie

A partir de 15:46

Cliquer sur le bouton « CC » en bas à droite de la vidéo et choisir la langue de sous-titrage.

Traduction : Antoine Bruno

Plastron métallique

Un plastron métallique est posé sur la poitrine. Sa composition est la suivante :

  • Cuivre 85%

Le crâne de Josefina

Différences avec un crâne de Lama
Étude de José de la Cruz Ríos López

Comparaison du crâne de Josefina avec un crâne de lama

Ce que vous ne saviez pas sur les différences entre le crâne du lama et celui du Reptile Humanoïde.

L’os spongieux, synonyme d’os trabéculaire, est l’un des deux types de tissu osseux qui composent les os. Comparé à l’os compact, il a une plus grande surface, mais il est moins dense, plus faible et moins rigide.

Les os pneumatiques sont ceux dont les cavités sont remplies d’air, ce qui les rend plus légers que les os complètement solides.

CONCLUSION. Le crâne du Reptile Humanoïde est léger mais résistant, car il abrite un grand cerveau macrocéphalique.

Vues en coupe du crâne

Les épaules de Josefina

Épaule gauche

Épaule droite

Les mains de Josefina

Main gauche

Main droite

L’abdomen de Josefina

Cloaque

Articulation fémur / bassin

Les œufs de Josefina

Comparaison des radiodensités de différentes parties du corps de Josefina avec les œufs

FigurePartie(s) du corpsDensité en UH*
Figure 1Os bras1 379,22
Os jambe1 510.23
Figure 2Vertèbre114,53
Figure 3Œuf haut droit2 030,88
Œuf haut gauche2 431, 75
Figure 4Œuf haut gauche2 470,91
Œuf bas1 915,26
Implant métallique**5 241,42
Figure 54e œuf en formation881,36

* : https://fr.wikipedia.org/wiki/Échelle_de_Hounsfield – Pour infos : la radiodensité des os varie de 700 à 3000 UH.
** : L’implant métallique sur la poitrine de Josefina est composé à 85 % de cuivre et d’impureté comme du fer, du soufre (voir le synthèse du rapport d’analyse des métaux)

Détails de la structure à l’intérieur des œufs

Avec présence probable d’un embryon encore visible à l’intérieur de l’un d’eux.

Possible adaptation de forme entres les œufs et la colonne vertébrale

Les vertèbres de Josefina

Hanche

Hanche gauche

Hanche droite

Share This